L’incidence des contraceptifs oraux sur les MVTE

Arborescence : AVEP > Documentation

L’incidence des contraceptifs oraux sur les MVTE pour la femme jeune de moins de 35 ans et non fumeuse

Les accidents cardiovasculaires liés à la contraception oestroprogestative (utilisations de l’hormone œstrogène + progestérone) peuvent être de 3 types.

Tout médecin et plus particulièrement tout gynécologue doit aujourd’hui savoir que les contraceptifs oestroprogestatifs augmentent le risque de MVTE.

Ce risque est décuplé en cas d’anomalie héréditaire de l’hémostase du type: FV, FII,  Antithrombine III, etc…

On peut dire sans se tromper,  que ce risque est encore plus élevé avec les Contraceptifs Oraux (CO) de troisième génération et affirmer que le risque est augmenté en début d’utilisation des CO.

Les risques

Tout d’abord il faut savoir que sur l’ensemble de la population pour 100 000 femmes le risque est de 5 à 11 cas d’Embolie Pulmonaire (EP) ou TVP par an, sans prédisposition particulière ni facteurs de risque et sans prise de contraceptifs oraux.

Pour les utilisatrices de contraceptifs oraux ce risque est de 50 à 70 cas pour 100 000 femmes par an pour les pilules de 2ème Génération et de 90 à 120 pour 100 000 femmes par an pour les pilules de 3ème Génération.

En France 7 millions de femmes utilisent les contraceptifs oraux ce qui représente entre 500 à   1 000 cas de décès par an pour des personnes sans prédisposition particulière en ne tenant pas compte des maladies de l’hémostase.

Si on considère que les 10 % de femmes utilisatrices de contraceptifs oraux sont porteuses d’anomalies de l’hémostase au même titre que la population générale, on s’aperçoit qu’au moins 700 000 de ces utilisatrices ne devraient jamais utiliser la pilule. Seulement voila, personne ne les a mises en garde contre les dangers et comme elles ne savent pas qu’elles sont porteuses de ces anomalies, elles continuent à utiliser les contraceptifs oraux. On vous laisse imaginer les risques encourus.

Le risque de thrombose veineuse est augmenté en cas d’obésité de 1,5 par rapport à la population sans prédisposition particulière. Ce risque est multiplié par 7 en cas de prise de contraceptif oral.

Concernant les utilisatrices de contraceptifs de la troisième génération le risque est 2.7 fois plus élevé que pour les utilisatrices de la deuxième génération.

Si on associe le contraceptif aux mutations de l’hémostase comme le FV ou FII de Leiden ou antithrombine III, le résultat sera encore plus catastrophique surtout s’il s’agit d’une personne Hétérozygote composite (associations de différentes mutations), homozygote ou homozygote + hétérozygote. C’est de cette façon qu’on peut dire que le risque de MVTE ou EP peut être multiplié par plus de 150 à 250.

Dans la plupart des études il y a une augmentation par 2 à 3 du risque d’infarctus aigu du myocarde sous pilule oestroprogestative. Si on ajoute le tabac, ce risque est multiplié par 12 à 13. Si on ajoute l’hypertension artérielle le risque est multiplié par 68.

Le contraceptif oestroprogestatif est également un sur-facteur de risque pour les accidents vasculaire cérébraux.

Signification : hétérozygote, homozygote

1 Hétérozygote signifie un seul allèle affecté par l’anomalie et homozygote lorsque 2 allèles sont affectés par la même anomalie. Hétérozygote composite signifie 2 allèles affectés par 2 anomalies différentes ( ex : F5 et FII de Leiden). Chaque individu possède 4 allèles.

Il y a des cas plus grave F5 homozygote et FII hétérozygote ou FII homozygote et F5 hétérozygote. Les personnes porteuses de ce type d’anomalies ont un risque relatif de l’ordre ≤ 150 fois.

Des recherches ont démontré que les personnes appartenant au groupe sanguin O sont mieux protégées des MVTE que les personnes appartenant au groupe A.