Emma, Victime d’un Caillot, Harmonet

Bonjour à toutes et à tous,
C’est en lisant certains de vos témoignages que je revis ce qui m’est arrivé l’é dernier. Depuis Mars-Avril, j’avais des douleurs abdominales. Je consulte mon médecin traitant 2 fois : spasmes dus au stress, digestion difficile. Je dois reconsulter une 3ème fois car en plus de ces douleurs je me sentais extrêmement fatiguée : diagnostic : stress, fatigue post accouchement. Ma petite Lola venait d’avoir 1 an. J’insiste auprès du médecin car je ne me sens pas bien du tout, que ce n’est pas une fatigue « normal ». Scanner abdominal ; tout est bon sauf, « heureusement » une tache au foie qui s’avère être un kyste mais qui oblige mon médecin à me prescrire un IRM pour en être sûr. Diagnostic confirmé mais le radiologue est intrigué par le flux de ma veine cave inférieure. Il demande une écho de la veine. On est déjà mi-aout, il diagnostique, sans être alarmiste un caillot de 6 cm, caillot adhérant. Sur son conseil, consultation chez mon médecin traitant, qui m’envoie dans l’heure qui suit chez un angiologue. Pas d’alarme non plus, elle me prescrit des piqures d’Arixtra pendant 10 jours. Je sors de la consultation, je commence à me poser des questions…Ma bonne étoile étant là ce jour-là, un collègue de mon conjoint nous recommence en urgence à un de ses amis qui est cardio. RDV le lendemain : verdict : le caillot se détache, risque d’embolie massive. Il me garde à la clinique le jour même, soins intensifs pendant 13 jours, traitement de choc, perfusion d’héparine, le caillot ne bronche pas. Après examens complets : rien de génétique, rien dans la composition du sang…Aucune piste. Il décide de me poser un filtre dans la veine cave pour me mettre en sécurité.  On me demande si je prends la pilule : oui depuis plus de 10 ans, Harmonet et son générique.  Interdiction formelle d’en reprendre aujourd’hui. Je ne me rends pas trop compte de ce qui m’arrive jusqu’à ce que le cardio me dise que ça aurait pu être vital. Il me prescrit un Angio scann : trace de micro embolie pulmonaire, d’où ma fatigue et essoufflement tout l’é. Je suis toujours sous Coumadin aujourd’hui, le caillot s’est dissout. Je dois voir une hémato-biologiste pour recouper toutes les prises de sang.  Les douleurs abdominales étaient liées à la veine cave qui se dilatait pour laisser le sang passé.
C’est en lisant certains témoignages que je comprends que l’embolie pulmonaire massive peut prendre une vie.  Toutes mes pensées vont aux parents et conjoints de victimes.
Lorsque je demande aux médecins et gynéco si ça peut venir de la pilule, on me dit qu’il ne faut pas écouter tout ce que l’on raconte et surtout que ce n’est QUE 4 cas sur 10000, et QUE 7 décès en 27 ans…Sauf que ces quelques cas sont des personnes comme moi , comme vous.