Témoignage de Laurence

J'avais 19 ans quand mon médecin change ma pilule, pour me mettre sur DIANE 35, cette pillule était mieux pour ma peau il disait. Je ne souffrais pas d'acne mais j'avais un bouton ce jour lá. Il m'a posé la question si je fumais et j'ai dit que oui. Quelques mois plus tard, le 11 fevrier 2002 j ai une douleur dans le poumon quand je respire. J'arrive à respirer mais pas á fond juste avec des petites inspirations. La nuit de 11 au 12 fevrier, la douleur est plus forte et m'empeche de dormir, le lendemain matin je vais chez le médecin qui me prescris des dolipran, je retourne chez le médecin juste apres qui me fait faire une radio puis il me donne une tranquilisant pour les muscles. Je passé une nuit avec des douleur intense dans le dos, le matin je me rends encore chez le médecin qui me prescris un anti douleur,il ne s'inquete pas de savoir d'ou viennent ces douleurs. Je lui demande si ca ne peut pas être une Embolie pulmonaire. Il me dit que ce n'est pas une maladie pour les jeunes femmes. La nuit suivante je ne peux plus être alongée tout le muscles du dos et de thorax font comme une crampe. La respiration devien très difficile. Je retourne chez le médecin en pleurant de douleur cette fois, il me prescrit encore des antidouleurs plus fort. Je lui demande encore si il est sur que ce n'est pas un caillou de sang qui bloque les poumons. Il decide de faire une prise de sang, qui montre que la proteine c réactive est 11 fois superieur à la normale.  Il m'envoie à pied aux urgences avec une enveloppe à leur remettre, il ne m'a pas expliqué ce qu'il soupsonne, c'est en ouvrant la lettre sur le chemin que je vois " suspicion d'Embolie pulmonaire". J'ai ete hopitalsée entre le 15 et le 28 fevrier. Ils ont localisé une phlébite dans un jambe. Et une pneumonie infectieuse d un germe non identifié. Il ont decouvert une mutation sanguine qui fait que mon sang  ne coagule pas normalement. J ai vu plus tard qu entre 8 et 10% de la poulation a cette mutation. Le lien entre la phlébite et DIANE 35, a é évoqué a l'oral mais n est pas evoqué sur le compte rendu de l'hopital. Je pense qu'on est nombreux a avoir eu des problemes suite a la prise de ces pillules et à ne etre recensés dans les statistiques. Je ne comprends pas que 10 ans plus tard elle soit toujours lá et qu'il n'y a toujours pas une prise de sang de depistage obligatoire pour savoir si la personne risque d'etre en danger. Je pense tres fort a ceux qui on perdu les leurs et à celles qui vivent avec des sequelles.