Témoignage de Coraline

Bonjour à tous et à toutes!

J'ai moi aussi é victime d'une embolie pulmonaire massive mais à ce jour aucun médecin n'a pu me confirmer précisément que la pilule etait entièrement responsable.

Tout a commencé le dimanche 12 juin 2011, je rentrais d'une soirée et en sortant de ma voiture devant chez moi, une violente douleur au mollet très soudaine m'a prise.
Je pense à un claquage malgré que je n'avais pas fait de sport. Toute la journée la douleur ne passe pas. Le lundi, la douleur a empiré je pars donc chez mon médecin; lui aussi pense à un claquage mais me demande quand même s'il y a des antécédants de phlébite dans ma famille, je réponds que non.
Je dois aller faire une échographie puis prendre des anti-inflammatoires et avoir des béquilles. A l'échographie (pas un doppler, simple écho du mollet gauche) rien à signaler, la fille ne comprend et me dit que c'est certainement un muscle froissé ou un claquage.

Je ne peux plus poser mon pied à plat par terre et mercredi débute les écrits de mon baccalauréat. J'y vais sur mes béquilles ayant toujours mal, jeudi je fais pareil.
Jeudi soir on est donc le 16juin, j'ai l'impression d'avoir un peu moins mal sans doute grâce aux béquilles.

Vendredi matin, le 17 juin, peu avant 8h je fais un malaise chez moi. Ma mère qui dormait se réveille et viens vite me voir, je ne réponds plus je n'arrive plus à lui parler. Je ne me souviens plus de rien mais ma mère a appeler les pompiers, ils m'ont mis un masque avec de l'oxygène mais sur le palier de ma maison je criais tellement j'avais mal.
Ils m'ont demandé sur une échelle de 1 à 10 à combien j'avais mal : je leur ai répondu 9. Et j'avais précisément mal sous la poitrine et au milieu du ventre.
Je me souviens d'une chose, c'est que j'étais en train d'étouffer et que j'allais partir !
Le SMUR arrive, je fais un arret cardio respiratoire, coma artificielle et intubation chez moi je mettrais 5min à revenir. Je suis donc intransportable pendant environ 1h30 puis à 12h ils décident de m'emmener en ambulance avec des motards pour ouvrir la route à l'hôpital.
Après 4 arrets cardiaques de plus de 10min lorsqu'on les cumuls, je resterai 17jours en coma artificielle dont 5jours avec ECMO (machine extra corporelle qui prend le role de mon coeur et mes poumons), 3jours de pronostic vital engagé, maladies nosocomiales à germes résistants et micro AVC à la suite de l'anticoagulation très forte qu'on m'a administré.
Puis 1 semaine en soins intensifs et enfin 3 semaines en cardiologie. Au total j'ai passé presque 2mois à l'hopital.
J'ai donc fait une embolie pulmonaire suite à une phlébite mais non décelé puisque je n'avais aucun antécédent. Un caillot de sang dans mon genou s'est "détaché" et est allé bouché la veine cave puis d'autres caillots plus petits étaient au niveau du coeur, il leur a fallu 2h pour dissoudre tous ces caillots qui se formaient un peu partout et même sous anticoagulation très forte, en réanimation je continuais d'en faire !

J'avais 18 ans et ils ont de suite pensé à la pilule mais aucune médecin ne m'a affirmé avec certitude qu'elle était la seule responsable d'autant plus que j'avais une anomalie de la coagulation, facteur 2 mais on ne le savait pas.
La gynécologue m'avait fait beaucoup plus d'examens que normalement lorsqu'elle m'a prescrit YAZ, je la prenais depuis pile 6 mois.

Aujourd'hui j'ai 20 ans, je n'ai absolument aucune séquelles, mon coeur a repris 80% de sa capacité en 2 semaines et la semaine suivante il fonctionnait parfaitement à 100%, à ma 1ere scintigraphie pulmonaire il n'y avait aucune trace de mon embolie et c'était 3 semaines après l'accident.
En sortant de l'hopital j'ai eu une surveillance tous les mois concernant le micro AVC je prenais donc un anticoagulant en piqure : ARIXTRA. Puis on m'a mise sous préviscan pendant quelques mois et enfin en juin 2012 je suis passée a PRADAXA 110mg (pas de controle d'INR !). Je vais donc prendre ce médicament à vie et doit l'associer à des bas de contention mais mon cardiologue et l'hématologue qui me suivent m'ont dit que je n'etais pas obligée de les porter tous les jours.
Aujourd'hui je suis donc sous CERAZETTE et tout se passe très bien !

Courage à toutes les personnes qui ont perdu un proche dans des circonstances similaires, aujourd'hui je suis la pour témoigner mais je ne souhaite pas porter plainte, j'ai 20 ans, cela fait partie de ma vie mais fort heureusement je n'ai aucune séquelles !!