Solène, 18 ans, Victime d’une thrombophlébite cérébrale, Jasmine

Bonjour, lorsque j’avais 18 ans, une semaine avant le bac j’ai fait une thrombophlébite cérébrale, j’ai commencer par avoir le bras droit complètement engourdie, je lâchais ma fourchette involontairement, mon bras ne faisait plus ce que je lui demandais. Je suis donc aller aux urgences et ils m’ont fait une IRM et c’est là qu’ils ont vu le caillot. Malgré les anticoagulants j’ai quand même senti que tous mon côté droit s’engourdissait. Mais heureusement, cela a été pris à temps ce qui fait que j’ai totalement récupéré! Les médecins en ont profité pour faire une analyse génétique de mon sang et c’est là qu’ils ont trouvé que j’ai une déficience en facteur 2 hétérozygote, c’est à dire que mon sang ne coagule pas bien et qu’il est alors facile pour moi de faire des caillots. Les médecins m’on dit que s’était le cumul entre cette anomalie et la pilule Jasmine. A 25 ans mon conjoint et moi décidons de faire un enfant, les gynécologues ont alors décidé de me remettre sous traitement anticoagulant le temps de ma grossesse et deux mois après l’accouchement. A mon 8 ème moi les médecins m’annoncent que contenue des risques hémorragiques ils devront me faire une césarienne. J’ai donné naissance à mon fils Orion le 4 août, deux semaines plus tard, j’étais en train de faire des courses, j’ai ressentie une très grosse douleur dans le dos, à un point que je ne pouvais plus allaiter mon fils, ni même le porter. Je suis donc aller aux urgences où ils m’ont donné de la morphine pour me calmer et m’éviter de hurler, m’ont fait passer une radio des poumons et là le verdict est tombé, embolie pulmonaire avec infarctus. Depuis il m’arrive toujours d’avoir des douleurs qui me réveillent et me hantent, malgré le fait que je ne veuille pas arrêter les anticoagulants qui me rassurent tan bien que mal….