Sandra, 20 ans, Victime d’embolies pulmonaires, Diane 35

Mon histoire à moi commence en janvier 2013 avec une thrombose profonde de la jambe gauche, les médecins me disent que c’est la pilule je prenais diane depuis 2 ans et demi. Vers avril 2013 j’avais du mal à respirer et des douleurs au niveau du bas de mon poumon gauche je vais voir mon médecin qui me dit que c’est des crises d’angoisses et que suis déjà sous avk. Je vais aux urgences et le docteur me dit de rentrer chez moi parce que j’ai « bonne mine » et pareil je suis sous avk donc je ne risque rien. Puis un jour en plein moi d’août au travail je ressens une grande fatigue avec des difficultés pour respirer ma mère qui s’inquiète m’emmène aux urgences je suis prise en charge dans la soirée par une médecin très attentive arrive le matin, ou il y a changement de médecin,  la je tombe sur un docteur qui s’énerve sur moi en me disant que l’on va faire une scintigraphie pour me rassurer et ne pas  revenir aux urgences tous les 4 matins. Bref il revient et m’annonce que en effet j’ai une embolie pulmonaire côté gauche. Au final rebelote en novembre 2013 ce coup ci les douleurs étaient a droite je passe un scanner qui montre une seconde embolie. Les médecins la remettent en question en disant que les scanners ne sont pas toujours fiable et qu’une scinti et un scanner sont deux exams pas comparable. Il a fallut attendre d’être suivi dans un autre hôpital pour refaire une scintigraphie qui montrait des séquelles des 2 côtés de mes poumons. Je suis sous préviscan depuis 3 ans avec un INR toute les semaines pour une cible entre 3 et 3.5 je me dis que j’ai eu de la chance car je n’ai pas eu d’embolie massive je touche du bois car j’ai toujours peur des récidives. J’avais 20 ans quand ça a commencé, je ne fume pas et je suis quelqu’un d’active. Je souhaite bon courage à tous ceux qui ont témoigné et j’espère qu’un jour cette fameuse prise de sang sera enfin obligatoire avant la prescription de la pilule