Parents d’Isoline décédée à 18 ans, Embolie pulmonaire massive, Jasminelle

Le 29 Octobre 2011 notre Fille est décédée à l’âge de 18ans et demi des suites d’une embolie pulmonaire massive; elle commençait à faire ses études de droit en faculté. Elle ne fumait pas, ne se droguait pas et vivait chez nous.
A ce jour, seule la prise de la pilule contraceptive Jasminelle depuis Juillet 2010(1an & 5 mois) est reconnue comme le déclencheur de cette embolie pulmonaire massive.
En effet, il n’y a pas eu de cas d’embolie pulmonaire chez nos deux Familles. De plus les résultats d’analyses de sang réalisées sur la Famille après le décès de notre Fille n’ont montré aucune trace de « facteurs aggravants » liés à une embolie pulmonaire.
Quelle ne fut pas notre stupeur d’apprendre aux urgences « la dangerosité » de la pilule! Qu’elle pouvait tuer une personne en pleine forme !
C’est notre médecin traitant qui a prescrit en Juillet 2010 la pilule Jasminelle à notre Fille (17 ans). Il lui a donné en première intention, sans ordonnance de prise de sang. Une première alerte est apparue Mi-décembre 2010 ; notre Fille venait de monter rapidement un escalier et s’est trouvée très mal : évanouissement, cherche sa respiration, puis finalement reprend connaissance.
L’échographie du cœur avec un « examen » chez le cardiologue, et l’analyse de sang, demandés par le médecin traitant, n’ont donné aucune explication à ce malaise.
Une deuxième alerte est apparue 2 jours avant son décès; elle courait pour rattraper un bus et est rentré à la maison très essoufflée. Diagnostic du médecin : Asthme. Il n’a jamais pensé aux caractéristiques aggravantes de la pilule !

Nous sommes consternés de voir le manque d’information du corps médical sur ce sujet, il faut aller aux urgences pour que l’on vous parle des caractéristiques néfastes de la pilule, mais là il est trop tard !
Aucun médecin et gynécologue n’ont dit à mes filles que la pilule pouvait tuer.
Est-il normal d’autoriser la vente d’un médicament dont on sait qu’il y a des risques mortels sur des personnes non malades? Nous n’avons pas vu en France d’étude statistique sur l’impact des pilules de 3ème génération ; il y a certainement une explication à cela…