Nathalie, Victime d’embolie pulmonaire, Desobel

Bonjour,
Comme vous toutes et tous j'ai été victime d'une empbolie pulmonaire en juin 2012.
En juin dernier lorsque je marchais j'étais de plus en plus éssoufflée même sur de petits parcours et pendant plusiseurs jours ensuite j'ai commencé à tousser. Sur le coup je ne me suis pas inquiétée car je pensais être fatiguée, je me préparais à penser mon BAC en comptabilité. Le jour J en me levant le matin j'ai eu une très grosse douleur dans le dos, comme j'avais jardiner la veille je me suis dit que j'avais fait un faut mouvement et donc j'ai pris la voiture et suis partie passer mes premieres épreuves. Le soir en rentrant la douleur étais toujours là mais avait augmenté et j'avais beaucoup de mal à respirer. J'ai pour ainsi dire pas dormi et suis quand même partie faire les dernières épreuves de mon BAC. Malheureusement je n'ai pas pu les terminer car je ne pouvais plus respirer et je suis partie aux urgences de mon domiciles à 1 heure de route et lorsque je suis arrivée à 16h30 on m'a fait attendre dans la salle d'attente pendant plus d'une heure malgré mes nombreuses plaintes auprès de l'infirmière. Le medecin, un interne, vient enfin me chercher et pense à des colliques néphrétiques et demande confirmations au chez de service qui lui m'osculte et me fait faire un angio scane, prise de sand et radio des poumons. Les résultats en mains, le chez de service me dit que j'ai une pneumonie et me donne des antibiotiques( clamoxil ) et dit que je peux rentrer chez moi après être arrivée 7 heures plutot. Je suis allés chez mon medecin traitant avec tous les resultats et me dit que j'avais fait une embolie pulmonaire et non une pneumonie. Mon medecin me fait une ordonnance pour faire un doppler où l'on trouve un caillot dans la veine illiaque droite, aujourdhui prés avoir pris du préviscan pendant 7 mois il a disparu. Je suis actuellement sous kardegic 75mg, j'ai toujours une gène respiratoire et une douleur au poumon droit.
Je m'inquiète de ce qui pourrais m'arriver si je dois faire une rechutte et que l'on m'emmene aux urgences de mon domicile, vais y mourrir ou soigné correctement ?
Mon morale n'est pas toujours au beau fixe mais je me dit que dans mon cas je suis chanceuse.
Bonne chance à toutes et tous