Mélanie, 33 ans, Victime d’une embolie pulmonaire, Diane 35

Après avoir pris quotidiennement la pilule Diane 35 pendant 1 an, un soir, je me souviens avoir ressenti une forte douleur poignante derrière le genou. Impossible de plier la jambe. Très vite on m'a rapidement diagnostiqué une thrombose veineuse. J'avais 23 ans, je prenais la pilule Diane 35, je fumais, et j'étais étudiante à Toulouse. Cette pilule bien qu'arrangeante sur certains points, ne m'était pas pour autant décrite comme bien plus surdosée. Quant au traitement de la thrombose, il a été aussi immédiat car la période d'examen de licence débutait. Pourtant cela n'a pas empêché le caillot de sang de monter et une semaine plus tard, j'ai ressenti un vive douleur dans la poitrine. Aux urgences l'embolie s'est par la suite installée. Après des jours dans le noir, j'étais encore salement amochée, notamment à la jambe qui trainait encore, et un traumatisme lié à la douleur traversée, c'était physique. Après analyse, on m'a appris que j'avais une maladie orpheline du sang : un deficit de protéine S. Cette annonce a permis de déterminer la cause et de déduire aussi que la pilule était de la partie, en trop plein, tout simplement. C'est à dire sans que celle ci ne soit toujours pas annoncée comme plus dangereuse que les autres. Depuis tout a changé, et des règles sont à proscrire (hormones, voyages, immobilisation, grossesse, plâtres…). Aujourd'hui, je vis avec cette maladie, qui au regard des forums et sites tels que celui-ci, est quand même partagé avec un grand nombre de femmes…