Louise, 22 ans, Victime d’un Accident Ischémique Transitoire (AIT), Diane 35 – Jasminelle

Bonjour,

Voici 5 ans que j’ai fait mon AIT. Une semaine avant le BAC, j’ai perdu l’usage de la parole durant un après-midi. Les seuls sons qui pouvaient en sortir de ma bouche étaient « heuu ».

Ceci s’est déroulé au lycée même. Je me rends au urgence, de nombreux médecins me demandent  et insistent pour savoir si je prends de la drogue:
moi: non je n’en prends pas.
médecins: vous êtes sur?
moi: oui
médecin: vraiment?
moi: oui –‘

Leurs conclusion est que je suis épuisée et angoissée par le BAC. Cependant ils m’emmènent tout de même faire une IRM, et heureusement. Enfin une réponse concrète à mes symptômes: ils repèrent sur l’IRM un AIT aphasie.

Conséquence: j’avais perdu du vocabulaire, l’esprit synthétique, de la réflexion, de la concentration etc…alors j’ai passé mon BAC en septembre et été suivie par une superbe orthophoniste pendant un peu moins d’un an.

Actuellement, je m’en sors très bien. Et justement quel décalage entre cet accident traumatisant et ma bonne santé actuellement. Je me répète souvent « je ne suis pas à plaindre mais alors pourquoi je sens encore en moi une profonde blessure ». Je pense avoir récemment pris conscience que ce traumatisme se manifeste d’une manière jusqu’ici insoupçonnée: chanter pour moi est actuellement impossible, je fais de l’improvisation théâtrale où je parle peu mais joue beaucoup avec mon corps. Bref mon rapport au langage est particulier…

Je vous souhaite à vous toutes bon courage, merci.