Lisa, 21 ans, Victime d’une embolie pulmonaire, Minidril

Pensant avoir une côte cassée je me suis rendue aux urgences, afin de faire une radio. En quelques heures ma vie a basculé, prise de sang, scanner et voilà qu’on m’annonce que je suis en danger de mort ayant « un gros caillot dans une grosse artère ». Je panique, je pleure, j’appelle ma famille… Une semaine après me voilà, heureuse d’être en vie mais en colère contre cette fichue pilule dont je n’imaginais pas la dangerosité. J’ai 21 ans, je n’ai jamais fumé, je fais énormément de sport et je suis dégouté de cette pilule qui m’a presque causé la mort. Petit à petit j’apprends que cette embolie aura un effet toute ma vie, sur mes futures grossesses, sur le fait que plus jamais je ne pourrais faire le don du sang qui me tenais tant à cœur, sans parler des angoisses qui se développent chaque jour, à la moindre douleur. Je hais cette pilule qui m’a gâché la vie alors que je cherchais seulement une méthode de contraception.
J’aimerais tellement prévenir toutes ces jeunes filles du risque qu’elles encourent en prenant ce poison! je trouve que les risques sont vraiment minimisés et surtout inconnus auprès des jeunes filles.