Julie, 31 ans, Victime d’une embolie pulmonaire, Leeloo Gé

Le 09/02 je me suis levée avec une douleur dans la poitrine côté droit qui résonnait jusque dans le dos.
Je me bloque très souvent les vertèbres et les cervicales je suis donc partie déposer mes enfants à l’école et faire ma journée de travail.
Ma collègue m’a dit que j’avais vraiment une sale tête alors qu’elle m’a déjà vu complètement bloquée, je me suis donc posée des questions.
Ca faisait un mois que je sentais une fatigue extreme que je mettais sur le compte de la sortie de l’hiver et en plus j’ai un très mauvais sommeil.
Au cours de la journée je me sentais vraiment pas bien.
Mon mari ayant rdv le soir pour lui chez le médecin je l’appelle et lui dis que je vais aller à sa place je préfère avoir tout de suite une ordonnance pour l’osthéopathe plutôt que de rester bloquée encore 1 mois.
Le soir je vais donc chez mon médecin qui écarte de suite le dos bloqué et qui s’inquiète et pense à un décollement de la plèvre. Il écarte rapidement aussi ce diagnostique et me dit surement déchirure du diaphragme qu’il va déjà me donner de quoi désenflammer mon estomac et on verra après.
Ce suit une soirée et une nuit horribles. Pleurer de douleur ne pas pouvoir bouger souffle coupé…..
Je rappelle le médecin de suite le lendemain pour qu’il passe à mon domicile. Il arrive rapidement m’ausculte et me dit ce n’est pas normal je te fais une ordonnance tu vas aux urgences les plus proches pour faire une écho ça doit être la vésiculaire biliaire.
Ma belle mère vient donc me chercher et on va aux urgences de la clinique la plus proche.
Je suis prise en charge de suite prise de sang pose de cathé avec anti douleur analyse d’urine et écho qui écarte la vésicule biliaire. L’échographe me demande quand même si on a regardé mon coeur et mes poumons je lui répond non. Elle m’envoie donc faire une radio des poumons.
Je repasse devant le médecin urgentiste qui me dit que mes résultats sont bons. Il m’ausculte et me dit donc c’est une douleur à l’estomac?
Je lui ré-explique tous mes symptômes et là il change de couleur sort en criant il faut un scanner d’urgence. Une infirmière vient me chercher on me déshabille on me pose un électro-cardiogramme et on me dit qu’une ambulance va venir me chercher pour m’emmener faire un scanner dans un cabinet privé car ils n’en ont pas à la clinique.
J’arrive pour le scanner l’ambulancier donner un à coup sur le brancard et le radiologue s’énerve et dit on pense à une dissection de l’aorthe. Je commence vraiment à m’inquiéter.
Je passe le scanner et on m’annonce que je ne suis plus transportable je fais une embolie pulmonaire on appelle le SMUR pour aller au centre hospitalier.
Je suis transférer à l’USIC ( unité de soins intensifs cardiologique) où l’on m’annonce que je fais une embolie pulmonaire bilatérale massive j’ai 1 caillou dans chaque poumon 1 dans le ventre et 1 dans chaque jambe.
Je suis sortie de l’USIC au bout de 3 jours pour passer 1 jour en cardio normale. Puis retour à la maison avec repos complet car il me reste la caillou dans le ventre (qui restera environ 1 mois).
Je suis suivie chaque mois par un angéiologue pour un echo doppler. J’ai eu un contrôle avec le cardiologue qui m’a pris en charge à l’USIC avec une echo cardiaque. Je suis sous xarelto 20 mg et bas de contention toute la journée.
Depuis je ressens toujours cette fatigue intense, j’ai une petite tension (9.5/10) , j’ai une dizaine de vertige dans la journée y compris allongée, j’ai des bleus qui apparaissent sur les jambes et un peu sur les bras, les enzymes de mon foie augmentent un peu, la jambe droite qui s’engourdit souvent, des petites douleurs dans le haut des jambes, mal dans la poitrine et dans le bras du côté gauche.
J’étais sous pilule lors de mon embolie aujourd’hui je n’ai plus de contraception. Je suis convoquée à la médecine interne le 11/09 pour chercher la cause car je ne fume, ne bois pas du tout d’alcool, fais attention à mon alimentation, je n’ai pas du tout de surpoids, je n’avais pas fait de long voyage, pas de fracture, pas de grossesse récente, pas d’opération…. enfin rien qui pouvait être un facteur déclenchant. Les premiers test génétiques sont négatifs.
J’ai constamment des avis contraires des médecins qui parfois se contredisent eux mêmes lors d’une même consultation.
Je suis en arrêt de travail jusqu’au 12/05 pour l’instant.
Quand j’explique ce que je ressens encore j’ai l’impression que soit on ne me croit pas soit on minimise mes symptômes. J’essai de reprendre une vie « normale » car on m’a dit qu’il fallait que je re-développe ma capacité pulmonaire surtout que je suis asthmatique. Sauf que juste sortir 3h le temps d’aller faire mes examens à l’hôpital il me faut toute la journée du lendemain pour me remettre.

Avez vous ressenti des symptômes similaires? Comment ce sont passées vos convalescences?

Merci à tous,