Isa, 38 ans, Victime de phlébite et embolie pulmonaire, Tricilest

Bonjour à tous,
J'ai 38 ans mère de 2 garçons de 10 et 12 ans- cela fait donc une dizaine d'année que je prends cette pilule – je suis une personne active en mouvement permanent -Il y a 1 mois une douleur est apparu dans mon mollet gauche( j'ai régulièrement des tendinites et autres douleurs musculaire du à mon activité aussi je n'y ai pas prêté plus d'attention qu'aux autres douleurs) – après 1  semaine la douleur c'était répandu dans l'ensemble de ma jambe – pieds – cheville- mollet- cuisse et montée à ma hanche- J'ai consulté mon médecin qui après m'avoir bien ausculté a conclu à des douleurs du à un nerf et m'a donné un traitement et étant en vacances je pensais que la semaine suivante ce serait"un mauvais souvenir" -8 jours après ayant toujours des douleurs au mollet mon médecin à voulu écarté le risque de phlébite  même si les signes n'étaient pas flagrants -j'ai eu un écho-Doppler et après quelques questions il s'est avéré que j'ai 2 occlusions thrombiques 1 complète en bas de la cuisse et l'autre quasi-complète avant la veine fémorale -heureusement adhérent – De plus quelques mois avant j'avais eu un épisode de problème respiratoire en journée mais surtout de nuit Et là le médecin de m'annoncer que j'avait juste "faillit mourir" -en fait c'était des embolies pulmonaire que j'avais fait pendant plusieurs semaines.
Hospitalisé en urgence avec interdiction de bouger pendant plusieurs jours, j'ai eu du Previscan + des piqûres d'Arixtra – des prises de sang tous les jours puis tous les 2 jours -pendant 2 semaine sans que mon INR augmente voir certain jour elle rebaissait – et une réaction allergique aux piqûres à la limite de l'hospitalisation d'où des piqûres d' Innohep puis un nouvel echo-Doppler de vérification   qui confirme que mes deux nouveaux amis n'ont pas bougés de place et un nouveau traitement RIVAROXABAN.
Depuis mon retour à la maison, j'ai l'impression de "ramer" en permanence- la première semaine impossible de faire plus de quelques pas sans être essoufflé – mal au coeur – à la jambe -partout et avec l'impression d'avoir un niveau déréglé dans la tête et cette fatigue permanente.
Depuis l'arrêt de l'Arixtra, je vais un peu mieux j'arrive à faire tous les jours un peu plus de marche mais c'est rien à côté de ce que je faisait il y a encore 1 mois et j'ai toujours des douleurs dans ma jambe – j'ai certain jour des difficultés à respirer toute la journée- d'autre fois sur des moments plus cours mais j'ai du mal à avoir une activité "soutenu les bons jours " j'ai le coeur qui fait des bonds dans ma poitrine.
Je suis en arrêt de travail depuis 1 mois, je doit voir un pneumologue cette semaine et un cardiologue par la suite, je voudrais bien reprendre le travail mais est-ce que je vais pouvoir? entre la fatigue et le rythme de travail…..
J'ai pris conscience que j'avais failli mourir – laisser mon mari et mes 2 enfants et je me dis qu'il y a encore des femmes qui ne savent pas le risque qu'elles prennent tous le jour avec ce si petit médicament, qu'elles font comme moi – elles ne savent pas le risque qu'elles prennent car c'est une petite douleur de rien du tout qui passera -que leurs vies sont trop occupé par le travail – l'éducation des enfants- des difficultés de santés de l'un ou l'autre des membre de leur famille- le manque de temps pour tout faire.
Bon courage à ces femmes mais il ne faut pas oublier que le risque est là.