Guillemette, Victime de phlébite et embolie pulmonaire, Diane 35

Début 2009, cela faisait 4 ans que j’étais en couple, j’avais arrêté plusieurs fois de prendre la pilule Diane 35 et notamment pendant toute une année d’aménorrhée.
A cette époque je reprenais cette pilule, à la fois pour la contraception et tant que l'on y est pour la peau aussi.
Avec mon ami, nous rentrions d’une semaine de ski magnifique. 2 jours après notre retour, je me réveille avec une douleur au mollet digne d’une de mes plus belles crampes, cette douleur me paralyse au lit pendant plusieurs minutes.
Pendant quelques jours, je ferais avec, tant pis, il faut marcher, cela va beaucoup mieux lorsque je marche, cela doit être l’effet du ski, un stupide claquage !
2 jours après la première douleur, je m’écroule dans le couloir, j’ai trop mal, les douleurs sont  lancinantes le long de la jambe, je n’en dors plus la nuit, mon mollet a enflé, je ne peux quasiment plus fermer mes bottes, il faut que j’appelle mon médecin généraliste qui est aussi ma gynéco depuis quasiment 10 ans.
Nous sommes jeudi, la secrétaire me rétorque qu’il n’y a pas de place avant la fin de la semaine prochaine, je suis en larme au téléphone.
Vendredi, j’ai la jambe lourde et gonflée, je ne peux plus rentrer le pied dans ma chaussure, mon ami me force à appeler le premier médecin que je trouve dans le quartier, il y en a un à 2 pas, il accepte de me voir dans l’après-midi.
A peine déshabillée, il appelle les urgences de l’hôpital le plus proche pour m’y envoyer, il me confit à un angiologue, non sans me passer une rouste en me disant qu’il aurait fallu venir plus tôt !
Dans la salle d’attente, des dames âgées qui montrent leurs jambes enflées à mon ami compatissant. Il a mit un tee-shirt tête de mort aujourd’hui mais qu’importe, elles le trouvent gentil garçon et elles lèvent leurs jupes ! C’est très drôle mais je ne ris pas, je suis navrée d’être dans cette pièce avec lui !
Il s’agit d’une phlébite dans le mollet gauche, une grosse phlébite ! Arrêt de la pilule immédiatement, previscan et piqûres d’héparine dans le gras du ventre. 3 clopes par jour autorisées, pas grave, je ne fume pas beaucoup…on se revoit dans une semaine.
J’ai mal, encore plus la nuit. J’ai mal plus haut dans la jambe, je suis à la maison, j’ai du mal à marcher, je ne fais rien à part aller au labo pour les prises de sang. Ma mère passe me faire des courses, j’ai peur de la voir partir, je ne me sens pas bien, j’ai envi de pleurer. Elle revient demain pour m’emmener chez le médecin pour la visite de contrôle.
RDV à 14h00 vendredi, j’ai trainé, je n’ai pas mangé, nous nous rendons à l’hôpital.
Je fais part au médecin de ma douleur plus haut dans la cuisse ; une autre phlébite. Je me rhabille, je veux rentrer chez moi, il me demande si tout va bien ? Oui, enfin si on veut !
J’ai mon manteau sur le dos, je veux rentrer à la maison retrouver mon chéri ! Enfin non ! ca ne va pas, j’ai pas le moral, je ne suis pas bien !

Il ne me laissera pas sortir de l’hôpital,
4 heures plus tard, on m’annonce une double embolie pulmonaire, il y a des caillots partout…
Une dizaine de jours d'hôpital, lit stricte, batteries d'examens pour chercher l'anomalie, "l'éventuel cancer".

Aujourd’hui, je suis enceinte de 7 mois, je n’ai jamais repris de contraception, je suis suivie de prêt par mon nouveau gynécologue-obstétricien. C’est une petite fille, c'est merveilleux !