Françoise pour sa fille Caroline, 21 ans, Victime d’un AVC, Pilule

Le 19 août 2017, nous fêtions les 21 ans de notre fille Caroline en famille.
Tout s’est très bien passé, quelle magnifique journée, mais le lendemain 20 août à 14H42,  cela a tourné au cauchemar

nous étions en train de ranger tranquillement les « restes » de notre fête lorsque Caroline qui s’était baissé pour ranger je ne sais quoi dans un placard est sorti de la cuisine. Elle est venue vers moi et s’est plainte de fourmis dans le bras et en quelques secondes celles-ci se sont amplifiées, elle était en train de me dire qu’elle ne sentait plus son bras lorsque j’ai vu son visage s’affaisser et là j’ai compris qu’elle faisait un AVC.
Avec mon frère nous avons eu juste le temps de l’attraper et la faire assoir sur une chaise à porté de main, sinon elle serait tombée car sa jambe a lâché. tout son côté gauche s’est paralysé.

nous avons appelé les pompiers, et son chéri qui est lui même pompier a géré car nous, nous étions totalement dépassés.

mais, dieu merci, en quelques secondes, les fonctions sont toutes revenues à la normale mais nous sommes partis de toute urgence à l’hôpital de XXX
et là, le cauchemar a continué.

je vous explique, malheureusement je pourrai presque écrire un roman.
quelle honte, les hôpitaux
nous sommes arrivés aux urgences et comme nous avions un dossier médical téléphonique, Caroline a été prise immédiatement en charge. Mais comment ?
nous étions là seulement depuis 5 minutes, que j’ai demandé ou en étaient les soins pour ma fille.
la personne de l’accueil des urgences ne pouvant me répondre, nous a accompagné pour la trouver et là, surprise et mécontentement elle avait été laissée dans le couloir seule.
j’explique à l’infirmière que nous avons une suspicion d’avc et que nous voulons rester avec notre fille. Elle nous répond que cela est possible jusqu’à ce que le médecin la voit, ce qui a demandé une dizaine de minutes
deuxième attente mais ne tenant plus, je demande à une deuxième infirmière où se trouve ma fille.   elle m’accompagne jusqu’à elle dans un box ou là encore elle est seule, sans surveillance, sans le tensiomètre au doigt, sans sonnette
je me fâche et demande à ce que nous restions définitivement avec elle.  je refuse qu’elle reste seule.
donc les examens, prise de sang, scanner, et électrocardiogramme.
je m’inquiète car cela traîne et il est + de 18H, or j’ai toujours entendu que tout doit être fait très rapidement pour un AVC
Je pense que comme plus rien n’était visible, nous n’avons pas été pris au sérieux et d’ailleurs le médecin des urgences vers 19h, nous annonce que tous les examens qui viennent d’être faits sont négatifs et qu’ils supposent que cela est un AIT mais elle va être admise en soins intensifs pendant 48H pour de plus amples examens
nous sommes très inquiets. Caroline est hyper nerveuse, elle a très peur, ne se sent pas bien.
à son arrivée aux soins intensifs, nous demandons à ce que l’un d’entre nous puisse rester avec elle pour la nuit car elle ne veut pas rester seule
nous sommes tombés sur un super infirmier qui a compris la situation et a pris en charge Caroline. Et là nouvelle surprise. Il ne comprend pas après avoir contacté toutes les infirmières et médecin des urgences car à aucun moment il n’a été donné à Caroline de KARDEGIC.  Il aurait du lui être donné aux urgences.

Bref, il s’occupe de Caroline, nous la laissons avec son chéri à contre-coeur.
Le lendemain, elle voit le neuro vers 9H et il lui explique qu’il ne croit pas à l’AVC à son âge et qu’il pense plutôt à des migraines avec aura
nous le rencontrons quelques minutes plus tard et il nous confirme qu’il penche plutôt pour ce diagnostic, d’autant que mon mari fait lui aussi des migraines depuis des années.  même si nous ne sommes pas vraiment pas rassurés, nous lui faisons confiance. c’est lui le spécialiste.
il nous dit qu’il attend l’IRM le 21 (lendemain) ou peut être le 22
ils font au mieux mais en attendant il nous dit qu’il la garde aux soins intensifs

dans l’après midi, sans que Caroline n’ai passé l’IRM, on vient nous dire que notre fille va être transférée dans une chambre dans le service neuro
nous ne comprenons pas, nous allons voir le neuro qui nous dit que comme il penche plus pour les migraines, il la met dans une chambre normale double, nous protestons en lui disant qu’il se contredit car l’IRM n’a pas été faite.
il nous dit qu’il sait ce qu’il fait. nous ne sommes pas contents car en plus Caroline a tellement peur que cela ne recommence se provoque des douleurs dans le bras.

après son transfert, caroline refusant de rester seule, nous insistons pour que l’IRM soit faite dans l’après midi et heureusement, quelques minutes plus tard, ils sont venus la chercher pour l’IRM
plus d’une heure d’attente et là, coup de massue, la nouvelle neuro qui prend le service ou l’autre a eu la trouillle, vient nous voir et nous annonce qu’effectivement Caroline a fait un AVC. nous sommes tombés des nues car l’autre nous avait vraiment dit que cela ne pouvait être un AVC

alors là, nous avons demandé, mais nous avons du pleurer et cela au sens propre pour que Caroline retourne aux soins intensifs.
nous ne comprenons vraiment pas. elle devait au départ d’après le médecin des urgences y rester 48H.
ils lui ont alors fait les examens complets, angio scanner, bilan sanguin complet, examen cardio écho transéosophagienne.
Tout est normal.
le jeudi, Caroline peut enfin sortir de l’hôpital et rentrer à la maison.

nous l’avons emmené chez un médecin en qui nous avons confiance pour qu’elle la suive et en demandant tous les compte rendus, là je me rends compte que le cardio préconise un HOLTER.   à aucun moment à l’hôpital, ni au moment de la sortie on ne nous en a parlé.   nous venons de recevoir les résultats, tout est normal il ne manque qu’un examen, le champ visuel qui sera fait d’ici quelques jours.
Cela fait un mois maintenant mais elle souffre de migraines régulières, se crispe et donc se provoque des douleurs dans le bras mais on peut dire qu’elle s’en sort bien

et tout le monde est formel, c’est sa pilule qui a provoqué cet AVC
Je ne comprends pas que ces merdes de pilules soient prescrites si elle sont si dangereuses.
et je vous ai vue à la télé et votre histoire m’a touchée.
ce que je peux vous dire, c’est que nous avons eu la peur de notre vie
mon mari a perdu son papa il y a 5 ans, moi j’ai perdu mon papa je n’avais que 13 ans, ma maman il y a 2 ans.
c’est difficile, douloureux mais notre fille. NON CELA N’est pas possible
Nous avons passé des jours et des nuits difficiles, moi je ne dors pas bien depuis son AVC et nous essayons de la distraire le plus possible lorsque nous voyons qu’elle stresse.  heureusement, je suis artisan, donc je travaille comme je veux.

ses crises de stress se sont un petit peu calmées, cela devient plus rare
mais lorsque cela arrive, elle prend la moitié d’un xanax 0.12  mais cela reste encore du chimique.   le médecin l’a mise sous PASSIFLORA qui a le mérite de rester naturel mais n’a pas l’air très efficace

bref, que pensez vous de notre situation ? cela vous parait il normal que Caroline et notre inquiétude ait été prise avec aussi peu de considération ?
Je suis furieuse contre le neuro qui a pris en charge notre fille

je vous ai écrit un vrai roman, mais je pense que cela est bien de partager même si cela est une horrible expérience pour tous