Estelle, 22 ans, Victime d’embolie pulmonaire, Jasmine

Bonsoir,
En 2008, alors agée de 22 ans et quelques mois, j'ai été victime d'une embolie pulmonaire massive bilatérale.
je vais vous exposer un peu mon histoire
je n'avais jusque là aucun problème de santé particulier. je prenais la pilule depuis mes 19 ans initialement pour des problemes de douleurs de regles. j'ai pris adepal presque 3 ans, ça m'allait bien, mais j'avais grossi. Mon gyneco m'a alors proposé la pilule jasmine alors vendu par les labos comme la pilule qui ne faisait pas grossir, anti retentionnelle! au bout d'un peu moins d'un an, en prenant mon bus, j'ai senti comme une crise d'angoisse, mon coeur s'est emballé puis c'est passé. j'ai mis ça sur le dos du stress car j'étais en pleine periode d'examens, je revisais beaucoup. j'étais alors étudiante en 5è année de médecine.
les symptomes se sont passés près de 48h et le vendredi soir en prenant les escaliers pour avoir mon train j'ai été très essouflée. j'ai mis quelques minutes à m'en remettre, je me suis un peu affolée, et en ai donc parlé à mon papa en rentrant chez mes parents chez qui j'étais pour le week end. Mon papa est cardiologue. il m'a dit que c'était surement le stress, mais ce week end là le moindre escalier m'essouflait, je devais m'allonger en arrivant en haut et j'avais mal au milieu du dos… mon père m'a alors amené à l'hopital : ECG normal, il m'a fait une echographie cardiaque qui retrouvait des pressions pulmonaires augmentées. il m'a fait faire les D dimeres qui se sont avérées très positifs. c'était le soir, il m'a donc donné du lovenox, et le lendemain j'ai passé une scintigraphie qui a confirmé le diagnostic d'embolie pulmonaire massive bilatérale. j'éi été hospitalisé une semaine, et on a retrouvait une phlébite pelvienne. mais je ne fumais pas, pas de facteur de risque familiaux, bilan de thrombophilie negatif. on m'a dit que c'était la pilule. que j'avais pas eu de bol… ouais… me voilà donc sous previscan pour un an, mais j'ai eu du mal à l'arreter, sur le plan psychologique je n'arrivais pas à l'arreter. je l'ai arreté seulement en juillet 2012. depuis je vis dans la crainte de refaire une EP. On m'a dit que j'avais eu beaucoup de chances, je le sais, mais cette année là je n'ai pâs pu passer mes examens, je suis tout le temps fatiguée, heureusement je n'ai pas de sequelles pulmonaires, mais des dilatations veineuses au niveau pelvien.. nous sommes trop nombreuses victimes de ses pilules de 3è et 4e génération, et je sais de quoi je parle, j'en vois, je suis désormais médecin généraliste, et je n'ai jamais prescris ces pilules et n'en prescrirai jamais.