Elodie, 33 ans, Victime d’AVC, Méliane

Bonjour,

Je vais vous raconter mon histoire.

J'avais 17 ans. Je suis née le 6 août 1979.

En septembre 96, je décide de changer de pilule car je grossissais. Ma gynécologue était ami avec ma mère, elle s'appelle XXX, elle me prescrit "méliane", une pilule de troisième génération. Elle me demandais si je fumais et a quelle fréquence, je lui répondu " oui et 10 cigarettes par jour" .Elle me dit " il fraudais faire des test sur la tyroide car tu manges rien du tout". Elle pensait que j'avais un problème de tyroide. J'ai passé des test, prise de sang, et sa revellé exact que ma tyroide était trop faignante. Donc avec la pilule j'ai prit du "levotyrox", un médicament le matin pendant 15 jours puis deux cachets, un le matin et un autre le soir.

Le 5 novembre 96, j'ai fait un avc. Il était 12h30.
Je viens de Nouvelle-Calédonie, et la le soleil se lève tôt le matin, vers 5h et se couche tôt le soir, vers 18h. J'avais mal dormi de la nuit de lundi a mardi, et je me suis réveillé plus d'une fois. Mon ex me dit "viens avec moi, je vais chercher des chocolatines. D'un signe de tête, je lui est répondu " non". On devait allée a la pêche, aller pêcher des crabes. Ils m'ont proposer d'aller avec eux, je me souviens que j'avais fait un signe de la tète que je voulais pas aller avec eux et au bout de cinq minutes je change d'avis. Je voulais jouer a l'ordinateur. Heureusement que je suis allée avec eux car mon avc aurait pu être beaucoup plus grave que sa. Nous sommes partis a la plage de magenta, ou il y a un îlot a 100 mètres. Comme j'avais mal dormi la nuit précédente, je décide de faire une petite sieste. Je me suis réveillé et la je pouvais plus marché ni même parler, la seule chose que je pouvais faire c'était de crier. Mes amis ont venu me voir et mon ex m'a demander si je pouvais marché. Je lui est repondu d'un signe de la tête "oui". Il était 8h30. Nous sommes don,c rentré a la maison, mon, ex était derriere la porte quand je me suis douchée. En Calédonie, il faisait vachement chaud, et j'avais très froid. A l'époque on atteignait les 30° J'avais très froid. Mon ex avait pris la décision d"allée voir ma mère. Nous arrivons vers 9h15 au magasin, et la ma mère dit " elle a un problème Élodie" et mon ex dit " elle na rien manger se weekend t elle a très mal dormi cette nuit". De la, ma mère appelle la gynécologue. Elle lui explique et j'avais un rdv en urgence dans son cabinet.  Il est 10h, quand je vais dans le cabinet du gynécologue.Elle ne voulais pas me croire, pourtant je ne pouvais parler. Elle ma conseiller de rien manger jusqu’à 14h et de prendre que de l'eau. Et la je pouvais plus marcher. On ma mise sur une chaise de bureau, celle qui roule et j('ai attendu le samu. Elle venait d’appeler son ami, XXX, neurologue a la clinique magnin. Il était 11h15 quand l'ambulance me prend et me conduit jusqu’à la clinique. J'attent jusqu’à 12h de voir le médecin. Il m'examine et le verdict tombe " un avc ichqimique du sylvien gauche avec aphasie de broqua liée a la pille et a la cigarette".
Je reste trois jours et a la sortie avec des soin, kiné, orthophonie.
Ma mère n'allais pas bien du tout.
J'ai pu remarcher au bout de 17 jours, car avant j'étais sur un fauteuil, et j'ai pu reparler au bout de 10 jours. Ma mon bras droit posait un veritable problème, il était  trop tendu.
L'année scolaire est différente de l'anné scolaire française. En Calédonie, on commence la rentré au mois de mars et elle se finit au mois de novembre. Elle est differente  a cause des cyclones et de l’été qui est inversé par rapport en métropole.
J'étais en classe de 2 et j'allais passé en classe de 1. Je sus quand même passé en classe de 1 STTCG, mais la première année je captais rien du tout. J’avais l'impression d’être en classe de chinois. Je demandais mon redoublement. J'ai donc redoublais dans un autre établissement, plus familiale et la j'ai pu décrocher mon bac. Je voulais tellement être comme tous le monde que j’ai eu mon bac grâce a ma ténacité, a mon courage a ma pervicité, a ma volonté, et a mon courage car c'était pas facile que j'avais des problème_me neurologique que a l’heure actuelle je ne savais pas et que je voulais faire comme tout les autres. J'étais dans le déni de mon accident pendant 10 ans. J'ai même conduit une mobylette.
J'ai été évacuer plus d'une fois sur l’Australie pour faire un IRM, car il n’y avait pas ceci en Calédonie et il n’y avait pas d’injection de botox pour mon bras droit. J'ai commencé les injections de botox en 99, en décembre et jusqu'au mois de juin 2006, a la Rochelle.

En Calédonie, il n y'a pas de centres pour les traumatismes crânien ou ceux comme moi qui on eu un avc. Quand on est handicapée on est soit renvoyée en tribu, la honte d'être handicapée. Ce fut mon ressenti.

En mai 2002, suite a une rupture difficile, je décide de rentré en métropole et j' atterri a la Rochelle, la ville ou vivait ma mère.

J'ai trouvé du travail, en tant que CES a l'ANPE de la Rochelle. J'ai commencé a travaillé en tant que agent administrative du 1 janvier 2003 jusqu'au 31 décembre 2003.

En octobre 2004, je rentre dans une formation exprès pour les avc et les traumatismes crânien, l'ueros. Cette " formation" ma déclaré inapte au travail car j'ai beaucoup de problème neurologique comme fatigabilité, problèmes de concentration, d'apprentissage, d'orientation. Et j'ai eu pendant mon stage une injection de botox a la Rochelle.

En septembre 2005, j'ai obtenu ma pension d’invalidité. On ma proposer la deuxième, mais comme j’étais au chômage je pouvais cumuler le tout. C'est ceux que j'ai fait.

En mars 2006, je décide de me mettre une orthèse a mon pouce droit car j'ai jamais récupéré ma pince comme les médecins le dise. De la au lieu d'aller voir un prothésiste je vais voir voir un chirurgien orthopédique? Et ;la, miracle, il me dit que c'est opérable mais que c'est a bordeaux. C'était un jeudi, j'avais les larmes au yeux. Je lui demande ses cordonnée et j'appelle le vendredi. J'avais rdv avec le chirurgien Professeur XXX en juin 2006. Je lui montre mon pouce droit et de la il me dit qu'il faut qu'il en parle a l'équipe neurologique et on me recontactera. J'avais un rdv de fixer le 1 septembre 2006 avec l’équipe neurologique.
J'ai déménager entre temps et maintenant depuis 2006, j'habite Mont De Marsan, un petit village tout ceux qui me faut pour moi.
Le 1 septembre 2006, avec le Professeur XXX et le Docteur XXX, je leur montre mon pouce et mon pied. Avec mon pied pour relever les orteils on me prescrit du botox et pour la main il m’envoie vers le Professeur XXX. J’avais rdv le 6 décembre 2006.

Depuis 2007, au mois d'avril quand j'ai commencer les interventions au niveau de la main je suis toujours en soin car ma main est trop spathique, que quand on enlève un nerfs il y a quelque chose qui marche pas bien et il faut que je repasse sur la table.

Pour le pied, on ma fait une neurotomie fasciculaire et c'est merveilleux, je remarche comme avant mon avc.

Par contre, se sera toujours la main. J'en suis a dix intervention de la main, une du pied, dix ans de kiné, deux ans d’orthophonie et une VIE DE GACHEE.

J'ai fait appel de la décision COTOREP car on ma jamais donnée les 80 pour cents alors que je galere enormement. Affaire a suivre, j'ai vu un expert neurologue qui ma dit qu"il n yavait pas de problème que pour elle j('aurais les 80 pour cent.

Merci