Christelle, 27 ans, Victime d’AVC, Jasmine

Bonjour,

Je viens tout juste de découvrir ce site, et jai pas hésité à témoigner.
Je suis une jeune femme de 27ans qui était en bonne santé générale et faisait du sport mais surtout était toujours en vélo (pour aller au boulot, voir des amis…)

Le 5 mars 2013, jai commencé à avoir très mal sur le côté intérieur bas (vers le genou) de la cuisse et le mollet de la jambe gauche, la mère à ma meilleure amie m'a directement emmené au urgence, après une prise de sang, ils m'ont injecté un anticoagulant par le ventre car mes analyses montré qu'il y avait des caillots et ils m'ont mis sous contreamal, ce que je n'ai pas du tout supporté j'ai eu le coeur qui serrait,  aucun eco doppleur nest fait la nuit donc le matin jai pu avoir un eco doppleur ce qui n'a rien donné donc on ma renvoyé chez moi, en me donnant du doliprane et un arrêt maladie de 2 semaines et en me disant que je ne faisais pas de diabète, ni d'AVC (en gros que je n'avais rien a faire au urgences)

Le 12 mars je me faisais enlever sous anesthésie générale mes 4dents de sagesses malgré que j'informai mon état de santé actuel.

Vers le 15 mars ma santé s'aggrave, mes deux jambes surtout la gauche commençaient à être très faible, impossible de tenir debout, de me faire à manger, jai dû prendre des béquilles et le 21mars, mon médecin est arrivé à me trouver une place en neurologie pour faire des examens car ma jambe gauche me faisait très mal et je n'avais plus trop de sensibilité et de motricité.

Le 22 mars, Un irm médullaire (pour voir la moelle épinière en plus) de toute la colonne vertébrale et rien d'anormal n'a été trouvé.
Vers 17h j'étais dehors pour prendre l'air avec mes béquilles debout et là ma jambe gauche a commencé à changer de couleur, à virer vers le rose foncé,  bleue.
Et le soir vers 20h j'en parle à l'infirmier qui me montra directement au médecin de garde et qui m'ordonna de rester allongé pour une suspicion de phlébite.
Et comme dans cet hôpital ils ne font pas d éco doppleur la nuit, ils m'ont donné tramadol et codéine,  ce que je ne supporte pas en principe (vertiges) mais là ça a fait l'effet inverse, j'étais surexcitée.
Le lendemain matin, on me réveilla vers 7h et j'étais très fatiguée,  le petit déjeuné arriva vers 8h30 et là impossible de découper mon pain,  jai commencé a me paralyser la main et mon bras gauche,  j'informe directement une infirmière,  elle me dit que c'est l'effet secondaire des cachets d'hier soir, donc je ne m'inquiétais pas jusqu'au moment ou se fût ma jambe et mon visage côté gauche qui se paralysé.
Là, neurologue,  infirmières, me font passer des tests et me font descendre pour un irm.
Après deux irm, ils me disent que je suis entrain de faire un AVC et qu'ils sont obligés de me trombolyser.

Jai gardé 2 jours et demi ma jambe gauche paralysé,  tout le reste était redevenu normal, je passerai les détails sur mon hospitalisation et surtout sur la façon dont j'ai été traité par certains médecins qui n'avaient aucune information de mon dossier et qui se sont permis de me sortir que je n'avais pas fait d'AVC mais que c'était psychologique, heureusement que je suis tombée sur un bon neurologue le jour de mon AVC et qui m'a bien confirmé que j'avais fait un AVC mais qu'il ne savait pas pourquoi.
 2jours après en soins intensif, je découvrais dans mon lit d'hôpital ma pilule jasmine à la tv qui était dangereuse mais vu que c'était l'époque de la grosse polémique des pilules,  les médecins nont pas voulu rentrer sur ce terrain là.
15 jours d'hôpital,  d'examen pour ne rien trouver du pourquoi jai fait un AVC,  j'en
 ressorti le 4 avril 2013 sous kadergic 75ml, avec ma jambe qui me faisais toujours mal et changer toujours autant de couleur dès que j'étais debout, ainsi que très fatiguée et de gros problèmes de concentration, jusqu'en novembre 2013.

Le 1 octobre 2013, jai pu avoir une place en centre de rééducation pour ma jambe qui me faisait toujours souffrir,  mais ça na servi a rien.

Actuellement jai du avoir recours à la médecine douce, car après une série d'examens(plus d'une quinzaine) rien n'explique les douleurs et le changement de couleurs.

Aujourd'hui à 3 jours des un an de toute cette histoire, je vais mieux depuis juste 3 semaines,  mais j'ai toujours une peur de revivre ce calvaire mais surtout de ne pas savoir d'où ça vient.
j'ai voulu volontairement détailler mon histoire pour que au cas ou une personne vis ou a vécu à peu près pareil que moi, se reconnaisse et sache qu'elle n'est pas là seule malheureusement.