Aurélie, Victime d’embolie pulmonaire, Nuvaring

J'ai accouché en mars 2008 puis allaité jusqu'en octobre. J'étais alors sous pilule compatible avec l'allaitement.
Après, ma gynéco m'a proposé un autre type de contraception, de nouveau genre, bien pratique puisqu'il ne fallait y penser que 2 fois par mois : l'anneau vaginal, Nuvaring.
J'étais ravie.
Mais le 17 juillet 2009, alors que j'étais en vacances (je suis instit'), j'ai subitement ressenti une douleur au niveau de la poitrine. En fait, je n'arrivais pas vraiment à déterminer l'endroit exact de cette douleur, elle irradiait jusque dans mon dos. Et vu que j'avais souvent des douleurs au dos, je pensais à une nouvelle contracture. C'était un mercredi.
Le jeudi, la douleur est toujours présente, je me sens fatiguée et surtout je suis très essoufflée.
Chaque fois que je monte les 10 marches de ma maison, j'ai l'impression d'avoir couru 10 km.
Le vendredi, toujours les mêles symptômes, mais je suis de plus en plus fatiguée.
Le matin je me brosse les dents et lorsque je crache, il y a du sang.
J'en parle à mon ami qui me dit que là, il faudrait quand même consulter.
J'appelle mon médecin traitant, qui me dit de passer l'après-midi, à partir de 15h.
Je ne savais pas que mes heures étaient comptées…
Donc 15h, je vais voir mon médecin (une toute jeune remplaçante) qui en écoutant mon récit me conseille d'aller faire un test sanguin par précaution. Elle ne pensait pas cela possible, mais voulait en avoir le coeur net. A vrai dire, elle ne m'a parlé de rien, je ne savais pas ce que je risquais d'avoir mais elle avait vu juste.
Analyses sanguines faites en urgence, dès les résultats elle me rappelle et me dit d'aller le plus rapidement aux urgences pour suspicion d'embolie pulmonaire.
Je ne sais toujours pas ce que c'est exactement.
Je me rends dans l'hôpital le plus proche, le médecin de garde n'est pas sur place, il faut l'attendre, pendant ce temps interdiction de me lever, de bouger. Mais je ne sais toujours pas ce que j'ai.
Scanner fait, on m'annonce une "belle embolie"!
Transfert en ambulance dans un hôpital plus équipé, toujours interdiction de me lever et personne ne m'explique ce qu'est une embolie. J'attends…
Nombreux examens. Pas de trace de phlébite, tension normale, j'ai le moral, suis en bonne forme physique.
On me dit simplement: "je ne comprends pas pourquoi vous avez fait une embolie, tout est normal! La seule explication possible est la prise de contraceptif."
Ah et on rajoute: "vous n'avez plus le droit à la pilule, et surtout ne tombez pas enceinte sous le nouveau traitement anti coagulant!"
C'est ainsi qu'on me renvoie à la maison, en pleine forme au bout de 5 jours. Dès le lendemain, j'étais à cheval pour une randonnée d'une semaine.
Plus tard, je fais les tests de facteurs… tout est négatif. Tout est normal, la seule explication est la pilule…

Aujourd'hui je vais bien, mais pendant ma deuxième grossesse j'ai dû me faire des injections d'anti coagulants en prévention. Je porte également au quotidien des bas de contention.
Et puis surtout je suis déjà allée deux fois aux urgences pour des suspicions de phlébites (suspicions venant de moi uniquement). Le stress que ça recommence dès que j'ai les jambes un peu lourdes. Le sentiment que je ne me débarrasserai jamais de cette crainte.

Et pourtant je suis en vie, sans séquelle apparente (si ce n'est ce stress), alors je dis merci à mon ami, à mon médecin et aussi à ma bonne étoile de m'avoir sauvé la vie.

Les hormones pour moi c'est fini, aujourd'hui je porte un stérilet qui je l'avoue ne me convient pas à 100%, mais à défaut d'autre chose…