Anne, 42 ans, Victime d’embolie pulmonaire, Varnoline

A l'âge de 42 ans la gynécologue m'a prescrit en relais à un stérilet après la naissance de mon 4ème enfant, la pilule VARNOLINE ( je n'avais jamais été sous pilule avant).
Au bout de 3 semaines, je fus prise de douleurs extrêmement violentes dans le dos et dans la poitrine ainsi que d'un essoufflement tout à fait inexpliqué. Je consultais mon généraliste qui m'envoya chez le cardiologue. Celui-ci au regard des examens pratiqués ne posa pas de diagnostic précis invoquant, la fatigue, le stress. Une analyse de sang fut prescrite dont les D-Dimères. Deux jours après le résultat arriva et montra leur élévation tout à fait anormale signant un problème embolique.
Je fus admise aux urgences de l'hôpital rapidement et mise sous anti-coagulant dans l'attente d'une scintigraphie pulmonaire. Celle-ci confirma le diagnostic d'embolie pulmonaire bi-latérale.
Je fus hospitalisée une quinzaine de jours, traitée par anti AVK pendant 6 mois. Des recherches furent effectuées sur d’éventuels troubles de la coagulation qui furent toutes négatives. Il n’y aucun antécédents familiaux en faveur d’un risque génétique non plus.
Une seule prise de pilule pendant 3 semaines…et le pire aurait pu se produire.
J’ai été extrêmement troublée par le fait qu’aucun médecin à qui j’ai raconté cet épisode depuis, n’ai eu le courage d’évoquer la cause « pilule » dans cette embolie. La gynéco n’a rien évoqué non plus même si moi j’ai toujours eu la certitude que VARNOLINE était la cause de cette embolie.