Anaïs, 19 ans, Victime d’embolie pulmonaire, Désobel

Bonjour, J'ai été victime, le 26 octobre 2012 à l'âge de 17 ans, d'une embolie pulmonaire bilatérale dont les causes restent encore inconnues… Même si tout me laisse à penser que c'est à cause d'un changement de pilule. 3 mois avant cette événement j'étais sous Mélodia pendant au moins 2 ans, puis mon médecin traitant à décidé de me mettre sous Désobel.

J'étais étudiante en terminale, à la fin de l'année je passais donc mon baccalauréat. De plus en plus fatigué et la déconcentration pendant mes cours étaient, pour moi et mon médecin généraliste, normales du peut être à un stress. Le froid arrivant, une baisse de l’énergie peut paraître normale.
Puis peu à peu, l'essoufflement est arrivé, je faisais de la natation depuis l'âge de mes 4 ans, pratiquant même de la compétition, cette essoufflement n'était donc pas normal pour une sportive, surtout avec une capacité pulmonaire sur développé grâce à la natation. Je n'arrivais plus à monter des escaliers sans être à bout de souffle, une longue conversation téléphonique était pour moi un vrai challenge…

Ce 26 octobre 2012, ma mère décide donc de m'emmener au urgence, où il fallut se battre pour que les urgentistes veulent bien me faire des examens complémentaires pour eux c'était dû à un stress… Après réclamations de ma mère, ils décidèrent enfin de me faire des prises de sang.. Une heure après les résultats sont tombés, les D-dimères n'étant pas bonnes.. Le médecin a décidé de me garder une nuit à l'hôpital, et de me faire passer le lendemain une scintigraphie.

Le lendemain les résultats sont tombés, les doutes du médecin se sont confirmés, l'embolie pulmonaire bilatérale était présente. Le médecin ne me disant rien et laissa à ma mère la dure tâche, elle m’annonça alors que je devais être transféré dans la journée vers un autre hôpital en soin intensif et que si je ne serais pas venu, 3 jours après je serais décédée… A l'âge de 17 ans, un drame et un choc émotionnel. Les vacances scolaires venaient de commencés et je devais être allongé dans un lit à ne pas bouger, je vous laisse imaginer.

Après une semaine passée en soin intensif, puis une dans le service de la cardiologie, je sors avec un traitement anticoagulant, mon corps résistant au Préviscan, il décide de me passer sous Coumadine.
A 17 ans, sportive, on m'interdit de pratiquer du sport pendant 1 an et de suivre un régime alimentaire pour les effets de la Coumadine…

Aujourd'hui après 1 an et demi de traitement (piqûre d'innohep,  prises de sang, cachet anti-k, visites chez les spécialistes), j'ai perdu une capacité pulmonaire de 35% et il me reste encore des caillots dans les poumons… Les médecins ne savent plus trop quoi faire, l'hématologue a donc décidé de me faire prendre un nouveau traitement XARELTO. Médicament mit sur le marché il y a peu de temps… Affaire à suivre…

En avril prochain j'aurais 19 ans, et suite à ses problèmes de santé, des projets professionnels tombent à l'eau et je ne pourrais plus reprendre le sport comme je le faisais auparavant. Je pense que je n'ai toujours pas accepté le fait d'avoir cette maladie, et depuis je vis dans la peur que tout recommence…

Alors j'aimerais que tous le monde mais surtout les femmes soient sensibilisés sur les risques de la pilule, pour éviter se genre de phénomènes… La pilule évite peut être des grossesses mais peut aussi avoir des lourdes conséquences…
J'aurais dû écouter ma mère qui me disait que la pilule n’était pas bonne pour la santé.. Malheureusement le mal est fait, je me retrouve avec des doutes sur ce qu'il se passera… Je ne souhaite à personne de vivre l'expérience qui je vis actuellement. Et je souhaite beaucoup de courage à toutes ces personnes qui ont perdu un proche dû à tout cela…