Almodie, 23 ans, Victime d’une embolie pulmonaire massive bilatérale, Optilova

Il y a maintenant un peu plus d’un mois, alors que je n’avais auparavant eu aucun problème de santé, je ressens une fatigue, puis un essoufflement qui s emplifient de jours en jours. Je continue le travail jusqu’au jour où je n’arrive quasiment plus à reprendre ma respiration. Je ressens également mon coeur très fort dans mon thorax. Je décide de consulter mon médecin qui décèle immédiatement une forte tachycardie et m’envoie aux urgences. Une fois arrivée, je suis immédiatement prise en charge, on me déshabille, on m’allonge sur un brancard et on me pose des électrodes sur tous le corps. En attendant qu’un box se libère, on me met mon brancard au milieu de personnes âgées en attente de soin. Un jeune infirmier me fait une prise de sang dans l’artère du poignet qui fait affreusement mal, on me pose un cathéter. Quelques minutes plus tard, un box se libère. Le.résultat de la prise de sang est alarmant, je n’ai pas assez d’oxygène dans le sang. On me pose le masque à oxygène au maximum . Je respire enfin ! Maintenant une grande attente commence. Je ne comprends pas ce qui m’arrive. J’ai une grosse envie de faire pipi, l’infirmière me propose une bassine. Je refuse ! Elle me dit que si je me lève je risque la mort. L’envie me passe. Plus tard, le docteur de garde vient me dire qu’il faut faire un scanner. Je suis déjà branchée de partout c’est compliqué de me déplacer, mon coeur est encore en forte tachycardie il risque de s’arrêter à tout moment. On branche l’oxygène à une bombe, toutes les machines sur le lit et on part vite au scanner. J’entends le docteur dire « je dois la suivre, au cas où « . Les machines n’arrêtent pas de sonner lorsque je suis dans le scanner. J’ai peur. Le produit dans le cathéter me fait pleurer de douleurs. On me demande d’arrêter la respiration quelques secondes, difficile quand on n’arrive déjà pas à respirer ! Ouf c’est fini, on retourne dans le box des urgences. J’ai le temps de me reposer un peu avant que le.docteur revienne m’annoncer que j’ai une embolie pulmonaire. Je ne comprends pas ce que c’est et ça doit se voir sur mon visage puisque une infirmière vient m’expliquer que j’ai des caillots de sang qui sont passés dans le coeur et sont bloqués dans les 2 poumons. On me transfère en soins intensifs. Je vais y rester 4 jours sans pouvoir me lever, avec des prises de sang toutes les 3 heures et tout un tas d’examens. Avec l héparine par la perfusion j’arrive mieux à respirer. On m’enlève le masque. Je suis ensuite transféré au service cardiologie. Le brancardier se demande qu est ce que je fais là à mon âge. Je ne le sais pas moi même. Je vais reprendre petit à petit des forces, m’asseoir, me lever, aller aux toilettes accompagnée, puis seule. Je sortirai au bout de 8 jours d’hospitalisation. Aujourd’hui je suis toujours très faible, j’ai des douleurs qui persistent et un essoufflement permanent. On ne connaît pas les raisons exactes mais la plus grande probabilité est la pilule que j’avais commencé il y a 1 ans, la optilova. Je suis sous anticoagulants pour au moins 1 ans, obligation de porter des bas de contention, plus de moyens de contraception avec hormone et en arrêt de travail jusqu’à autorisation du cardiologue. Tout ça, à cause de la pilule que la gynécologue m’a prescrite en sachant que mon père avait eu des flebites.